Please reload

Posts Récents

Idées reçues n°6 : Tous les os sont dangereux ?

January 8, 2018

1/6
Please reload

Posts à l'affiche

Vacciner OUI mais...

January 8, 2016

Que ce soit pour votre chien ou votre chat, furet ou lapin, il est parfois difficile de s'y retrouver entre vaccins obligatoires, conseillés, et le rythme de vaccination. Le but est pour nous de protéger au mieux votre animal de façon adaptée à ses besoins et surtout sans lui nuire !

 

C'est pourquoi la totalité des vaccins courants (hors valence rage) utilisés au cabinet sont sans aluminium. En effet, en plus des réactions locales fortes, l'activité cancérigène de l'aluminium en tant qu'excipient est maintenant démontrée (voir plus loin).

De plus, nous cherchons à espacer au maximum les injections tout en conservant une couverture maximale et en toute transparence .

Enfin, les valences sélectionnées avec vous s'adaptent au mode de vie de votre compagnon.

Par exemple, pour les chats d'intérieur, nous supprimons la valence de la leucose, qui ne s'attrapant que par contact direct avec un autre chat n'a pas d’intérêt, et nous utilisons un vaccin qui a un AMM après primo-vaccination de 3 ans divisant par 3 les injections nécessaires ! Pour les chats qui sortent, la valence leucose est mise en place sans aluminium et si le rappel reste pour le moment annuel les valences typhus coryza sont comme pour le chat d'intérieur effectuées tous les 3 ans.

Nous appliquons le même principe pour toutes les espèces en évaluant avec vous les valences nécessaires à votre compagnon et avec des vaccins toujours sans aluminium notamment pour les plus couramment adjuvées comme la leucose et la leptospirose.


 

Pourquoi sans aluminium ?


 

Le professeur Joyeux, éminent cancérologue l'explique à merveille dans une de ses lettres santé, nous nous contenterons donc de reprendre ses mots :

 

« C’est chez les animaux vaccinés qu’on a découvert des relations entre l’aluminium du vaccin et l’apparition de cancers particuliers dénommés sarcomes.  En effet, les chercheurs ont pu établir le lien entre l'aluminium vaccinal et le sarcome (tumeur maligne) provoqué au niveau du point d'injection sur les chats. Ils ont donc retiré en 2012 l'adjuvant aluminique dans leurs vaccins. Un véritable aveu sur ma nocivité réelle. 

J’agis localement au point d’injection au niveau musculaire en créant une forte réaction. Celle-ci est rapide après l’injection, et se traduit par un érythème (rougeur) et une induration. Plus tard apparaît un nodule inflammatoire sensible à la palpation que les spécialistes nomment « granulome ». Le plus souvent le nodule disparaît après quelques semaines, mais il peut cependant persister plusieurs mois ou années dans 3 à 4 % des cas. 


La littérature scientifique décrit 13 à 17 fois plus de sarcomes félins post-vaccinaux, sarcomes liés aux vaccins ou sarcomes à l'emplacement de la vaccination. Les plus fréquents sont les fibrosarcomes. Il peut s’agir de chondrosarcomes, rhabdomyosarcomes, sarcomes myofibroblastiques, ostéosarcomes, histiocytomes fibreux malins, sarcomes indifférenciés et tumeurs multiples. L’excellente thèse de 2005 du Dr Thomas Jean-Michel Perrot soutenue à la Faculté de Médecine de Créteil rapporte des faits essentiels :

« L’intervalle entre la vaccination contre les deux maladies, la rage et/ou la leucose féline et l’apparition des tumeurs : pour les fibrosarcomes au site d’injection, l’écart entre la dernière vaccination et l’apparition de la tumeur est de 340 jours en moyenne (entre 3 mois et 3 ans), alors qu’il est de 1506 jours en moyenne pour les fibrosarcomes qui ne sont pas au site d’injection. Cette observation constitue un argument fort en faveur d’un lien entre l’injection vaccinale et les fibrosarcomes au site d’injection… Dans 21 % des cas, on a retrouvé de l’aluminium dans le cytoplasme des macrophages du foyer inflammatoire. » 

Pourquoi les animaux feraient-ils ce genre de tumeurs très graves et pas les humains, tout en sachant que ce n’est pas toujours au niveau du site d’injection du vaccin contenant l’adjuvant aluminium que cela se passe ? Curieusement, je viens d’apprendre de la part de mon excellent collègue, ami médecin vétérinaire Pierre May, ostéopathe à Faverges en Savoie, que de nouveaux vaccins animaux sont désormais sans aluminium. On sait bien que l’animal passe avant l’homme pour tester les médicaments. C’est une bonne nouvelle pour qu’enfin les spécialistes des vaccins, vaccinologues, épidémiologistes, pédiatres obsédés par les vaccinations, comprennent que je n’ai rien à faire dans un vaccin ! 

Je suis l’adjuvant en chef présent dans les vaccins, parce que je suis capable de stimuler un système immunitaire faible. Je suis le plus souvent associé à des sels : acétate, phosphate, chlorure, hydroxyde, potassium, sulfate.  En réalité, on m’utilise comme excitateur du système immunitaire, mais cela ne veut pas dire que j’augmente vraiment les défenses immunitaires.  [...]

Le Pr Romain Gherardi du Département de pathologie du CHU Henri Mondor à Créteil, et de l’Inserm U 955 de Recherche biomédicale ciblant les interactions cellulaires dans le système neuromusculaire, a démontré que l’aluminium, ce qui est parfaitement logique, est « biopersistant » quand il est hors du système digestif, contrairement à ce qui a été largement diffusé par des experts des fabricants de vaccins. 

Moi, l’aluminium, je me concentre donc dans les cellules dites « macrophages » au site d’administration du vaccin, mais aussi dans d’autres sites comme le musculaire et le système nerveux. Je ne reste pas obligatoirement sur place. I

Les travaux de recherche de mon collègue chez les souris ont apporté la preuve de la présence de dépôts d’aluminium dans la rate (organe immunologique par excellence) et le cerveau jusque dans les zones de la mémoire (hippocampe), jusqu’à une année et au delà après l’injection intramusculaire. 

Il est maintenant quasiment scientifiquement établi que l’aluminium des vaccins peut déclencher – en moyenne 3 ans après l’injection, avec un délai maximum de 8 ans – une myofasciite à macrophages qui est associée dans 30 % des cas à une maladie auto-immune, le plus souvent une sclérose en plaques. 

L’adjuvant aluminium ne serait donc pas que neurotoxique. »


 

Pour en savoir plus : http://www.professeur-joyeux.com/moi-laluminium-nai-rien-a-faire-vaccin/

Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags