Posts Récents
Posts à l'affiche

La plante du mois: Le Curcuma


Parties utilisées :

Le rhizome

Propriétés :

Action digestive +++

Action hépatique ++

Anti-inflammatoire et anti-oxydant ++

Antimicrobien, antifongique et antiparasitaire

Antiagrégante plaquettaire et anti-thrombique

Indications :

Troubles hépatiques et digestifs

Inflammations chroniques ou aiguës

Pancréatites

Cancérologie : prévenir le cancer et contribuer à son traitement (effet antioxydant).

Avec plus de 1000 études réalisées, 500 effets bénéfiques du curcuma sont démontrés.

Pour en savoir plus :


Le curcuma est une plante herbacée vivace originaire du sud de l'Asie. Son rhizome séché et réduit en poudre est une épice très populaire. En Asie, on a depuis longtemps découvert qu’ajouter du curcuma aux aliments permettait de conserver leur fraîcheur, leur saveur et leur valeur nutritive.

Ainsi, bien avant l'époque des conservateurs synthétiques, le curcuma jouait un rôle primordial comme additif alimentaire. Son nom chinois, Jianghuang, signifie « gingembre jaune », une allusion à sa ressemblance avec le gingembre, une plante de la même famille, et à la remarquable couleur de son rhizome qu'on a utilisé comme colorant et teinture.


En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l'Inde), de même que dans les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la Thaïlande et de l'Indonésie, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion, notamment parce qu’il augmente la sécrétion biliaire. En fait, ces propriétés sont universellement reconnues.

Au cours des dernières décennies, on a isolé, dans les rhizomes du curcuma, des substances auxquelles on a donné le nom de curcuminoïdes (la curcumine constitue environ 90 % de ces composés). Il s'agit d'antioxydants très puissants, qui pourraient expliquer un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires et en cancérologie. Les études ont porté sur les cancers digestifs, cutanés, de la mamelle, du poumon, de la vessie, de la prostate etc. Nous prescrirons le curcuma systématiquement en compléments de la chimiothérapie ou en péri-opératoire.

En Asie et en Inde, il est également utilisé de façon topique pour accélérer la guérison des ulcères, des blessures ainsi que des lésions causées par la gale et l’eczéma, par exemple.


Retrouvez-nous
Pas encore de mots-clés.
Rechercher par Tags
Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square